LES ADMINISTRATIONS FISCALES FRANCOPHONES S’EXERCENT A LA SCIENCE DES DONNÉES

par OTR TG
Affichages : 268

L’essor du numérique, la digitalisation des sociétés et la prolifération des données peuvent contribuer à générer des ressources fiscales pour les pays africains.

Mais pour cela, il est nécessaire pour les administrations fiscales et douanières d’améliorer leur connaissance de l’économie numérique et de ses impacts afin de renforcer leurs capacités pour un meilleur usage de la science des données.
C’est l’objectif de l’atelier du projet DATAFID (DATa dans les Administrations FIscales et Douanières) qui se déroule du 23 au 25 mai 2022 à l’hôtel Sarakawa à Lomé. « Pour l’OTR, ce projet permettra aux équipes chargées des statistiques et des études, de pouvoir automatiser les tâches relatives aux traitement des données d’une part et d’autre part, de renforcer la méthodologie et les outils d’analyse de risque », a déclaré M. Essien Atta-Kakra, Commissaire des Douane et Droits indirect, représentant le Commissaire général de l’OTR à l’ouverture des travaux.
Cet atelier qui rassemble les représentants de la Côte d’Ivoire, de la Mauritanie, du Niger et du Togo est une initiative mise en œuvre par Expertise France, accompagnée par la Direction Générale des Finances Publiques française (DGFIP), la Direction Générale des Impôts et des Domaines sénégalaise (DGID), la Fondation pour les Etudes et Recherches sur le Développement International (FERDI), l’Organisation Mondiale des Douanes (OMD) et le cabinet privé français NumériCité.
Le Projet DATAFID relève d’une stratégie que vise la coopération internationale dans le domaine de l’amélioration de la mobilisation des ressources intérieures.